Temps de lecture : 3 minutes et 39 secondes

Bonjour !

Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit ici ! À vrai dire, le site était hors-ligne depuis quelques mois et je ne l’avais même pas remarqué étant donné que je préfère me concentrer sur le média vidéo plutôt que sur l’écriture pour laquelle l’envie ne me viens qu’occasionnellement. Du coup, c’est enfin réparé !

J’ai décidé tout de même de me forcer à écrire un minimum ici suite à la lecture motivante du dernier article de mon ami Guillaume sur son expérience 100% freelance après les 6 premiers mois. Et ça tombe bien, j’ai quelque chose à vous partager.

Il y a quelques semaines, je cherchais une nouvelle solution pour acheter un micro de bonne qualité mais également sans y mettre une somme démentielle et tout en restant flexible pour l’évolution de mon matériel, parce qu’on ne le répétera jamais assez, le son est le plus important, même en vidéo ! Ça vous dit de jeter un œil à ce que j’ai trouvé ? C’est parti !

Mon premier conseil: mettre à plat deux choses :

Est-ce que vous souhaitez faire évoluer des parties de votre matériel, quitte à y passer un peu de temps ? Êtes-vous près à écouter des tests de micros pendant quelques heures et vous pencher sur le côté technique ? Est-ce que vous voulez un son extrêmement bon ou seulement un son très correct ?

Et surtout, est-ce que vous préférez un micro qui se branche et fonctionne directement, sans ou avec peu de réglage ou êtes-vous plutôt bidouilleur ?

Les Micros USB

Il y a deux catégories principales de micros lorsque l’on veut évoluer en qualité. La prise jack est souvent réservée aux micros-cravates, par exemples, mais pour monter en gamme, on passera surement (et la plupart du temps c’est le cas) par des micros branchés en USB, de type Blue Yeti (qui fût très primé des Youtubers il y a quelques années et qui est encore très bon même aujourd’hui).

Les micros branchés directement en USB sont souvent d’assez bonne qualité au delà de 50€ (en tous cas d’une qualité suffisante pour voir une différence nette avec votre ancien matériel bas de gamme). C’est la catégorie de micros la plus simple : on branche, ça fonctionne (la plupart du temps). On a éventuellement plusieurs modes de fonctionnements pour capter seulement sa voix ou également les sons alentours mais rien de plus. Voici ma petite sélection personnelles de micros USB, mais si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à les mettre en commentaires !

Les Micros XLR

Les micros branchés en connectique XLR demanderont un minimum d’apprentissage, surtout si vous souhaitez les raccorder à un mixeur audio pour compresser le son et rendre votre voix plus grave, plus chaude et agréable pour vos auditeurs, mais l’avantage est qu’ils permettent une grande flexibilité, vous pouvez changer le micro, ou le câble XLR pour en avoir par exemple un plus long pour l’utiliser en mouvement, ou un plus court pour seulement rester devant votre écran, vous pouvez essayer des micros de différents types, essayer des cartes son externes ou des mixeurs audios, et si une pièce lâche, vous n’avez qu’à changer cette pièce.

Voici quelques micros XLR que je recommande

Et avec ceux-ci, voici le câble XLR que j’utilise actuellement (ne prenez pas du bas de gamme au risque de vous retrouver avec un bruit de parasite en fond qui sera désagréable, et ne prenez surtout pas de câble XLR vers USB, tous les câbles que j’ai pu tester se sont révélés médiocres avec un bruit parasite à faire exploser les tympans. Vraiment, c’est une fausse bonne idée.

Et pour finir, voici ma carte son externe actuelle :

Les Accessoires

Mais également une table de mixage que je n’ai pas testé moi même mais que j’ai pu voir en test dans de nombreuses vidéos (et dont je ferai certainement l’acquisition prochainement) qui permettra de moduler votre voix, de faire passer tout votre audio par cet outil et de le gérer à la main. Si vous êtes un poil bidouilleur et que vous êtes à la recherche de la meilleure qualité possible, je pense sérieusement que ça peut valoir le coup de se pencher là-dessus, si ce n’est indispensable.

Et en fonction de votre micro, vous aurez peut-être besoin d’un bras ou d’un pied de micro. En voici deux que je possède. J’ai deux fois le même bras qui fait largement l’affaire (mais à ne pas trop bouger dans tous les sens, pas parce qu’il serait fragile mais parce qu’il a tendance à grincer avec le temps) installés dans deux pièces si j’ai besoin de tranquillité, et un pied pour emmener mon micro avec moi en déplacement.

Et en bonus, un micro cravate qui fait largement l’affaire pour enregistrer un son de qualité correcte lors de déplacements par exemple :

Pensez aussi à prendre un filtre anti-pop à placer entre vous et le micro pour éviter les bruits de souffles qui pourraient déranger.

Mais surtout, et ce sera mon ultime conseil pour cet article, ne vous contentez pas de seulement choisir un micro au hasard en fonction de vos affinités, renseignez vous sur le fonctionnement du micro qui vous intéresse, écoutez des tests d’enregistrements audio sur Youtube avec un bon casque sur les oreilles et comparez le avec d’autres pour être sûr de faire le bon choix dans ce matériel qui vous suivra pendant de longues années.

Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à le faire savoir en commentaire, je me ferais un plaisir de vous lire et de vous répondre.